Description du projet

LATECOERE a marqué les débuts de l’industrie aéronautique et a participé dès 1917 à l’effort de guerre en construisant des avions pour l’armée française.

Aujourd’hui, 100 ans plus tard, le Groupe LATECOERE est un partenaire majeur des grands avionneurs mondiaux pour les tronçons de fuselage et les portes d’avion et est le numéro 2 mondial du câblage embarqué. Il se positionne sur tous les segments de l’aéronautique : avions commerciaux avec Airbus et Boeing, avions régionaux avec Embraer et Bombardier, avions d’affaires avec Dassault Aviation, avions militaires avec Dassault et Airbus.

La Sécurité au cœur du métier du Groupe LATECOERE

Dans un secteur sensible ou l’on traque la moindre défaillance, la Sécurité est au cœur du métier du Groupe LATECOERE. La Sécurité aussi bien de ses produits que celle de ses collaborateurs. Dès 2014, Stéphane Bernard a concentré son action sur les risques graves afin de ne pas revivre le traumatisme de deux accidents sérieux qui ont marqué l’entreprise.

Un Compagnon a perdu deux doigts et un autre a chuté d’une échelle avec pour conséquence de nombreuses fractures et deux ans d’arrêt
de travail. Cependant travailler sur les accidents graves, n’est pas la meilleure façon de faire baisser le Taux de Fréquence.

Aussi, quand début 2016, il rencontre son PDG pour un point Sécurité, celui-ci s’étonne du Taux de Fréquence trop élevé. Ils vont donc ensemble décider de mettre en place un diagnostic Sécurité pour mieux comprendre la situation.

Stéphane Bernard lance une large consultation auprès de cabinets spécialistes de la Sécurité, et choisit de se faire accompagner par ETSCAF : une société française, avec son excellence et sa légitimité en matière de Sécurité.

Début 2016, deux consultants ETSCAF viennent effectuer un diagnostic sur les sites de Toulouse (31) et de Gimont (32). Durant deux semaines, ils vont s’imprégner de l’esprit Sécurité du Groupe LATECOERE en conduisant des interviews du management et de la direction et en rencontrant les Compagnons sur le terrain.

Ce travail d’analyse débouche sur une feuille de route qui sera remise à Stéphane Bernard. Pour ce dernier, c’est un document essentiel
qui change sa vision de la Sécurité :

A la base, je suis de formation technique et j’ai plutôt des réflexes techniques. Avec ETSCAF, j’ai appris à discerner la dimension humaine d’une structure organisationnelle.

Lutter contre la fatalité de l’accident : 100% des accidents peuvent être évités

S’appuyant sur cette feuille de route, il lance fin 2016, un pilote de formation sur le site de Gimont : cette usine se prête bien à la mise en place d’un pilote. Elle fabrique les fuselages et les pièces de grandes dimensions, compte 160 salariés et fait partie des sites ayant le plus haut Taux de Fréquence. Elle est surtout victime d’une forme de fatalité quand il s’agit d’imaginer des solutions par rapport aux accidents.

Les managers et les membres du Comité de Direction sont conviés à deux jours de formation sur la Sécurité Comportementale : très vite, ils sont enthousiastes et comprennent l’intérêt d’un dialogue franc et constructif avec les Compagnons sur le terrain.

Ils comprennent surtout que l’engagement de la direction est la pierre angulaire du socle Sécurité et que, grâce à cette prise de conscience collective, 100% des accidents peuvent-être évités.

En 12 mois, le Taux de Fréquence du site est divisé par 2. Il baisse de 110 à 50. Progressivement les Compagnons passent de la dépendance à l’indépendance. Parallèlement, ETSCAF est sollicitée pour une mission d’accompagnement au changement de la Culture Sécurité. Elle assiste Stéphane Bernard, durant plusieurs mois, dans la mise en place d’un Comité Directeur Sécurité au sein de l’usine et conseille le responsable HSE local.

Cette Démarche est en complète adéquation avec les fondamentaux Sécurité du Groupe LATECOERE qui reposent sur :

  • L’engagement de la direction
  • La mise en place de routines
  • La définition des rôles, des responsabilités et des règles
  • La nécessité de faire progresser individuellement chaque salarié

Au-delà des résultats Sécurité, pour Stéphane Bernard :

Nous montrons aux salariés que le management se préoccupe de leur bien-être.

Généralisation de la Démarche ETSCAF au Brésil, Mexique, République Tchèque, Tunisie…

Début 2017, Stéphane Bernard, centré sur l’organisation et gardant le cap sur la feuille de route, voit son périmètre de responsabilité s’élargir, il devient coordinateur Sécurité monde pour l’ensemble de la division Aérostructure. En étroite collaboration avec Yannick Assouad qui
vient de prendre la tête du Groupe LATECOERE, il donne une dimension internationale à sa feuille de route initiale et décide « de mettre en mouvement » les usines mexicaines, brésiliennes et tchèques sur le modèle du pilote qui a bien fonctionné à Gimont.

Une équipe de consultants ETSCAF va ainsi déployer la Démarche ETSCAF autour du Monde, notamment au Mexique, au Brésil puis en République Tchèque.

Tous ses succès renforcent la position et le leadership de Stéphane Bernard. En 2017, il prend encore de nouvelles responsabilités et accepte de manager la Sécurité de la seconde division du Groupe, la division Interconnexion. Bien entendu, il conserve la même méthodologie. Après la formation du Comité de Direction Interconnexion et de l’ensemble de ses directeurs d’usines réunis à Liposthey en juillet 2017, la feuille de route « Sécurité Interconnexion » est validée en septembre 2017. Dès début 2018 les formations, assurées par les consultants ETSCAF, sont
déployées dans les usines en France, à Labège (31) et Colomier (31), en Tunisie et au Maroc.

Cette internationalisation de la Culture Sécurité Comportementale est essentielle pour Stéphane Bernard :

Nous voulons changer la Culture Sécurité et les habitudes, c’est pour cette raison qu’il nous faut emmener tout le monde dans cette voie, en même temps.

En juillet 2017, la Démarche Sécurité Comportementale, transmise par ETSCAF, est inscrite dans la politique Sécurité du Groupe LATECOERE et soutenue au plus haut niveau.

La routine, base essentielle de la pérennisation

Quand on pose la question à Stéphane Bernard de la pérennisation, sa réponse est claire :

C’est en appliquant la Démarche au quotidien et une fois qu’elle devient une routine, que nous pouvons considérer que nous sommes sur la voie de la pérennisation. Moralement, c’est une satisfaction de savoir que nos salariés ne se blessent pas !

En 2018, deux nouvelles usines Aérostructure (à Montredon près de Toulouse et à Plovdiv en Bulgarie) verront leurs équipes managériales formées par ETSCAF dès leurs premiers mois de production, mettant ainsi la Sécurité au cœur de leur activité.

Les résultats Sécurité Groupe se sont améliorés de manière significative, le Taux de Fréquence est passé de 16 en mars 2016 à 6 en mai 2018 et l’objectif fixé conjointement par la direction du Groupe et Stéphane Bernard est ambitieux : descendre à un Taux de Fréquence de 1 d’ici 5 ans et… s’y maintenir.

Il compte bien entendu sur ETSCAF pour l’aider à atteindre cet objectif.